Derriere le meurtre d’un enfant, des histoires de clans, avec un denominateur commun : Monique Villemin, la mere de Jean-Marie.

Celle qui vient de s’eteindre, victime emporte avec elle ses secrets.

Le gamin l’a accusee d’avoir protege les coupables, ou ceux qui savaient. En 2017, Marcel Jacob etait foutu en examen avec sa propre soeur, Jacqueline, ainsi, Muriel Bolle, la belle-s?ur de Bernard Laroche. Depuis, les charges retenues contre eux ont ete abandonnees pour vice de procedure. Nous avons eu acces a leurs auditions. Avec la fond de Monique renait l’espoir d’observer les langues se delier.

Cela fera des annees que Jean-Marie n’etait nullement revenu sur les routes sinueuses de le enfance, au bord de la Vologne, maudite riviere ou fut retrouve son fils une nuit froide de l’annee 1984.

Ce jeudi 21 avril, il arrive seul au cimetiere de Senones, Christine ne l’a pas accompagne. Sa s?ur Jacqueline et son frere Gilbert le retrouvent devant la tombe de leur maman, Monique, emportee par la COVID-19, a 88 ans. Elle etait la doyenne en famille Villemin, la matriarche d’un clan divise, anime de haines irrationnelles. Elle en connaissait nos secrets et ne les a jamais livres.

L’ancienne ouvriere textile vivait depuis six mois dans un Ephad, a Baccarat, en Meurthe-et-Moselle, avec Albert, son mari, qui, lui, n’a pu se rendre a toutes les obseques. Avant de tomber au coma, elle a echange quelques mots au portable avec Jean-Marie, votre fils qui lui a forcement reproche de ne pas avoir tout dit. Monique avait ete entendue via nos gendarmes en juin 2017, quand l’enquete fut relancee. En mauvaise sante, elle n’avait gui?re ete placee en vais garder a vue, mais avait reconnu le ecriture dans des lettres anonymes envoyees au juge Simon en 1989, Afin de l’inciter a conseiller le enquete par Christine, la mere de Gregory… Lors de votre audition elle a aussi confirme continuer a croire en l’innocence de Bernard Laroche, le cousin soupconne d’avoir enleve l’enfant. Voulait-elle bien couvrir quelqu’un ? Etait-ce Jacques, le enfant prefere, le plus fragile aussi, celui qui pourrait avoir retarde la reperee du corps…

Trente minutes apres la disparition de Gregory, Jacques disait avoir recu un appel du corbeau : « J’me suis venge du Chef et j’ai kidnappe le fils. Je l’ai etrangle et je l’ai jete dans la Vologne. » Le petit, pourtant, n’avait gui?re ete etrangle. Autre bizarrerie : Michel n’avait gui?re, aussi, parle d’une riviere, laissant des gendarmes partir vers la foret et perdre un temps libre precieux. C’est devant l’insistance de Jean-Marie qu’il finira par lacher le mot « Vologne ». Michel reste decede en 2010. Sa veuve, Ginette, parle Afin de la premiere fois. Dame frele, agrippee a sa cigarette, elle nous recoit a Notre porte de sa modeste maison, non loin d’Epinal. Elle lache : « Cette histoire a gache ma vie. J’y crois tous les temps. »

Gregory avait l’age de le propre gamin, mais elle le voyait peu. « Avec Christine, ca n’accrochait pas. […] On avait une maison, une voiture, si l’on s’achetait un canape, on le payait comptant, tient-elle a preciser. On n’etait pas jaloux et on n’a pas appele Jean-Marie “le chef”. » Pourtant, quand son mari avait ete interroge, quelques jours apres le drame, voici votre qu’il expliquait : « Notre frere Jean-Marie reste le plus favorise. C’est lui qui possi?de la meilleure situation. » Il continuait : « Le 14 octobre […], Jean-Marie m’a precise qu’avec son pret, il avait pu acheter sa R18, son salon i  lacets et entreprendre les travaux d’extension de son garage. » Ginette laisse couler certains larmes : « J’en reve la nuit, on nous a detruits… »

Au lendemain une disparition de sa belle-mere, ce 19 avril, Ginette s’est rendue au funerarium pour 1 dernier hommage. Monique les a toujours defendus, elle et son mari.

Deux autres personnages essentiels n’ont gui?re ete vus : Marcel Jacob, le frere de Monique, ainsi, sa femme Jacqueline. Depuis 2017, les gendarmes defendent la these d’un crime collectif. Auraient-ils pu en etre nos participants ?

Ils etaient proches de Jacques tel de Bernard Laroche. En juin 2017, on nos a foutu en examen www.datingmentor.org/fr/victoria-milan-review pour enlevement suivi de fond. Lors de sa vais garder a vue, Jacqueline avait d’abord impressionne les gendarmes en opposant a leurs centaines de questions une seule phrase : « Je garde le droit au silence. » Cinq mois prochainement, devant J’ai presidente de la chambre d’instruction, Claire Barbier, elle finissait via se livrer pendant pres de deux heures. « Avez-vous tue Gregory Villemin ? – Non, j’etais au projet. » Lors de votre audition, la Vosgienne de 75 annees racontait le quotidien d’ouvriere a J’ai chaine, a J’ai filature d’Aumontzey. Elle n’a jamais quitte la vallee d’la Vologne, ses forets somptueuses dont elle connait l’ensemble des chemins, la totalite des villages, chacune des familles avec leurs ranc?urs.

Recul dans le temps

J’ai agee dame reste restee une coriace. « En 1985, elle aurait saute de joie en apprenant l’incarceration de Christine Villemin », dit votre avocat. On l’a accusee d’etre le corbeau… Une expertise en ecriture qui lui attribue la redaction des deux lettres anonymes de 1983 reste moins formelle sur la lettre de revendication du crime. Notre 16 octobre 1984, Jacqueline a, comme au quotidien, parcouru en voiture le petit kilometre qui separe une maison aux cloisons violets de l’usine. « Cela n’y avait pas de machine a pointer a l’entree de l’entreprise », observe-t-elle lors de son audition. Elle se souvient d’avoir commence a 13 h ce jour-la. J’ai juge continue de l’interroger. Elle lui explique qu’a aucun moment elle n’a quitte l’usine. « On ne pouvait jamais s’absenter. Manque trop », assure-t-elle. Une reunion syndicale a eu lieu a laquelle cette deleguee en CGT affirme avoir assiste : « Je pense qu’on a du en bouger a 17 h. » Apres, elle assure avoir repris le article jusqu’a 21 h. C’est 15 minutes plus tard que le corps de Gregory etait retrouve dans la Vologne. Ce qu’elle apprendra « le lendemain par le journal. On a ete surpris, on s’est demande “pourquoi le gamin la” ». Et elle ajoute : « Je ne connaissais nullement le gamin. » Trente-cinq ans apres la disparition de son petit-neveu, pas une seule fois la ancienne dame ne l’appelle avec le prenom.